Sélectionner une page
Cancer pris en charge

Traitement cancer ORL

Nous contacter

Une question, un doute, besoin d’un avis médical ? Contactez notre secrétariat médical

+33 1 84 00 84 00

Cancers de la sphère ORL : les traitements actuels

Une fois le diagnostic de cancer O.R.L. confirmé, le choix du type de prise en charge est discuté en Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (dite RCP), qui regroupe différents spécialistes à même de proposer le protocole de traitement le mieux adapté au cas par cas.

Effectivement, comme décrit dans notre partie « généralité des cancers de la sphère ORL », on différencie le cancer selon sa localisation ainsi que selon le type de cellules tumorale présente. En plus de ces éléments, le choix de prise en charge tient compte du terrain (âge, antécédents médicaux…) du patient.

De ce fait, la stratégie thérapeutique décidée doit être adaptée et personnalisée à chaque patient.

Place de la chirurgie dans le traitement des cancers ORL

La chirurgie oncologique est le traitement de référence dans la prise en charge de la majorité des cancers de la sphère O.R.L.

C’est une intervention de première intention à visée carcinologique, c’est-à-dire que l’on pratique afin de retirer l’intégralité de la tumeur cancéreuse. C’est un traitement local et régional puisqu’il peut également concerner la résection de ganglions adjacents à la tumeur.

L’intervention, nommée résection chirurgicale, consiste à retirer la tumeur cancéreuse dite primitive avec une marge de sécurité dans les tissus sains, associé ou non à un curage ganglionnaire.

La prise en charge chirurgicale concerne la plupart des cancers ORL, à savoir la cavité buccale, le larynx, les sinus voire l’oropharynx, mais n’a pas sa place dans les cancers du cavum/rhinopharynx.

Place de la chimiothérapie et à l’immunothérapie

Contrairement à la chirurgie, la chimiothérapie est un traitement systémique qui agit dans tout l’organisme afin d’éliminer les éventuelles cellules cancéreuses locales mais également à distance.

Dans le cadre des cancers ORL localisés ou localement avancés, elle est habituellement prescrite en association à la radiothérapie, dite chimio-radiothérapie concomitante (ou radiothérapie potentialisée) pour associer un traitement local à un traitement général. L’association de ces deux traitements à un effet synergique, c’est-à-dire que l’un complète l’efficacité de l’autre.

Elle permet, en effet d’atteindre des cellules cancéreuses impossibles à localiser dans l’organisme, ce qui réduit efficacement les risques de récidive locale et à distance.

La chimio-radiothérapie concomitante peut être indiquée :

N

soit au décours d’une chirurgie, afin de compléter le traitement, appelée alors traitement adjuvant.

N

Soit d’emblée, lorsque le geste chirurgical n’est pas réalisable.

La chimiothérapie peut également être indiquée en première intention, avant une chimio-radiothérapie, afin de réduire le volume de la tumeur et des ganglions ; ce qui est le cas dans le cadre des cancers du cavum notamment.

Lorsque le cancer ORL présente une atteinte plus avancée, voire des localisations à distance, dites métastases, la chimiothérapie est alors le traitement de référence. Celle-ci peut être associée à une immunothérapie.

L’immunothérapie, de même que certaines thérapies ciblées, ne sont pas réalisées en première intention seules, mais peuvent être associées, dans certains cas, à la chimiothérapie. De nombreuses études sont en cours, afin d’élargir les indications d’immunothérapie dans les cancers ORL.

Place de la Radiothérapie

La radiothérapie est un traitement local, utilisant des rayonnements à haute énergie, pour détruire ou endommager les cellules cancéreuses.

Les rayons sont produits par un accélérateur à particules, puis dirigés en faisceau vers le site abritant la tumeur à irradier (Cliquez sur ce lien pour plus d’informations sur le mécanisme d’action de la radiothérapie)

La radiothérapie a une place importante dans la prise en charge de nombreux cancers ORL. Elle peut être réalisée :

N

Soit de façon adjuvante, au décours d’une chirurgie, seule ou en association à de la chimiothérapie (par exemple, en cas de cancer de la cavité buccale ou de l’oropharynx localisé). Dans cette situation, elle permet de compléter une chirurgie oncologique pour éliminer les dernières cellules cancéreuses microscopiques qui n’ont pas été ôtées au cours de l’intervention.

N

Soit de façon exclusive, seule ou en association à la chimiothérapie, lorsque la chirurgie n’a pas sa place dans la prise en charge (par exemple, dans la plupart des cancers de l’oropharynx localement avancés, dans les cancers de l’hypopharynx ou dans les cancers du cavum).

N

Soit, dans des cas particuliers du cancer du larynx, elle peut être réalisée afin d’éviter une chirurgie délabrante, la laryngectomie totale, en première attention, ou néo-adjuvante, dans une stratégie dite de préservation d’organe.

Il existe différentes techniques de radiothérapie pouvant être mises en œuvre dans le cadre de la prise en charge d’un cancer de la sphère O.R.L. Classiquement, c’est la radiothérapie externe conformationnelle avec modulation d’intensité qui est la plus utilisée. Celle-ci consiste à irradier la tumeur à travers la peau du patient, sans aucune intervention chirurgicale. C’est un procédé indolore et non abrasif.

La radiothérapie robotisée stéréotaxique, quant à elle, fait partie des dernières innovations en matière de traitements oncologiques. Toutefois, c’est une technique extrêmement précise qui permet d’accroître les doses administrées pour une meilleure efficacité, tout en limitant les dégâts causés aux tissus sains, n’a pas sa place en première intention puisque les volumes à traiter pour éradiquer le cancer sont souvent trop conséquents.

 

Au final, chaque cancer de la sphère O.R.L. est unique et requiert un traitement personnalisé. Dans une majorité des cas, le traitement de première intention de cette pathologie consiste habituellement en une chirurgie oncologique complétée par une chimioradiothérapie permettant de réduire les risques de récidive ; mais il est systématiquement adapté à chaque maladie et à chaque patient.