Sélectionner une page
Cancer pris en charge

Suivi cancer ORL

 

Nous contacter

Une question, un doute, besoin d’un avis médical ? Contactez notre secrétariat médical

+33 1 84 00 84 00

Après un cancer de la sphère O.R.L., le patient doit bénéficier d’un suivi et d’une surveillance adaptés au type de cancer ainsi qu’aux traitements réalisés.

En effet, le suivi doit prendre en charge tant les effets secondaires et les séquelles causées par la maladie, que ceux liés aux traitements mis en œuvre pour lutter contre la maladie.

Une stratégie de surveillance adaptée doit également permettre d’anticiper les risques de récidive pour diagnostiquer précocement une éventuelle rechute.

Les examens cliniques post-cancer de la sphère ORL

Les examens cliniques s’inscrivent dans le suivi de chaque patient à la suite d’un cancer de la sphère O.R.L., quel qu’il soit.

Il est important de noter que, dans 40 % des cas, la récidive d’un cancer de la tête et du cou est asymptomatique.

Il consiste en :

N

L’interrogatoire (il est donc important de rapporter à votre médecin tous les changements physiologiques et symptômatique que vous avez pu repérer, même s’ils vous semblent anodins notamment perte d’appétit, perte de poids ou fatigue accrue, sont autant de symptômes qui doivent être signalés).

N

Examen clinique endo-buccal avec un abaisse-langue, palpation des aires ganglionnaires du cou et sus-claviculaire.

La fréquence de cet examen clinique est généralement de :

N

tous les 2-3 mois la 1ère année

N

tous les 3-4 mois la 2ème année

N

tous les 4-6 mois, selon le type initial de cancer, la 3ème et 4ème année.

N

A partir de 5 ans, l’intervalle des consultations s’espacent, tous les 8-12 mois selon les risques et les séquelles des traitements à surveiller.

La pleine coopération du patient et sa rigueur dans le respect de ses rendez-vous médicaux pendant son suivi sont essentielles pour lui permettre de bénéficier d’un pronostic optimal.

Les examens d’imagerie médicale post-cancer de la sphère ORL

Selon le type et surtout la localisation initiale du cancer, différentes imageries sont réalisées dans le suivi :

  • Le scanner ou l’IRM cervico-faciale est généralement réalisé tous les 3-4 mois les 2 premières années après le traitement.
  • Le TEP-scanner, bien que pour l’instant non recommandé de façon systématique, peut être réalisé à la place du scanner, permettant un suivi morphologique et métabolique. Il permet également un suivi du reste du corps. En absence de celui-ci, un scanner thoracique peut être recommandé en association au scanner ORL.

La fréquence de ces examens sera données par l’oncologue-radiothérapeute et l’ORL au décours du traitement réalisée. Elle permet de compléter le suivi clinique et une première imagerie est généralement réalisé dans les 2-3 mois après la fin du traitement.

Suivi et surveillance post-cancer de la sphère ORL : consignes particulières

Les cancers de la sphère O.R.L. peuvent impacter significativement le régime alimentaire des patients. En fonction de la localisation de la lésion et des thérapies administrées, l’ingestion d’aliments solides est parfois complexe, douloureuse, voire impossible.

La consultation diététique fait donc partie intégrante du suivi des patients ayant été traités pour un cancer de la tête et du cou. Elle doit leur permettre de réapprendre à s’alimenter correctement, afin d’éviter la dénutrition, susceptible de compromettre la convalescence et la santé sur le long terme.

Il est important de savoir que tous les patients atteints de cancers ont droit à différents soins de support, dont l’accompagnement diététique n’est qu’un seul aspect.

Le suivi psychologique, notamment, est également crucial pour aider le patient à surmonter le traumatisme occasionné par l’annonce de la maladie et à réintégrer le monde social et professionnel.

En outre, le patient a droit à une prise en charge de la douleur adaptée à ses besoins et à son ressenti personnel.

Le suivi ne s’arrête pas à la surveillance des éventuelles récidives. Il doit également permettre au patient de réapprendre à vivre avec les séquelles laissées par les traitements et la maladie, et à surmonter ses traumatismes psychologiques. Outre l’aspect proprement médical, le suivi s’étend à la réinsertion socioprofessionnelle et à l’optimisation du confort de vie du patient et de son entourage.

Pour se faire, l’équipe de HORG a mis en place un accompagnement personnalisé, dès le début de la prise en charge du cancer mais également au décours de la fin des traitement, réalisé à l’Institut Rafaël sous la forme d’un Parcours de Soins adapté.