Sélectionner une page
Cancer pris en charge

Traitement cancer du poumon

Nous contacter

Une question, un doute, besoin d’un avis médical ? Contactez notre secrétariat médical

+33 1 84 00 84 00

Cancer du poumon : les traitements actuels

Le traitement de chaque cancer du poumon dépend du type de cancer diagnostiqué et du profil du patient atteint de la maladie.

De fait, on considère aujourd’hui que chaque pathologie cancéreuse est unique, ce qui implique que chaque protocole de traitement le soit également. On retrouve toutefois fréquemment les mêmes armes thérapeutiques, à savoir la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie.

Des traitements innovants, comme la radiothérapie stéréotaxique, les thérapies ciblées ou l’immunothérapie, peuvent également faire partie du tableau.

La chirurgie oncologique du cancer du poumon

La chirurgie oncologique du cancer du poumon peut être proposée pour le traitement des cancers du poumon non à petites cellules de stade I et II, et pour la prise en charge de certains cancers de stade III.

Pour bénéficier d’une chirurgie, il faut, en effet, que la tumeur soit opérable, ce qui dépend des potentiels facteurs de comorbidité du patient, mais aussi de la localisation de la tumeur, de sa taille, et de son étendue.

L’intervention chirurgicale de référence consiste à ôter la tumeur cancéreuse dans sa totalité, ainsi qu’une marge de tissus sains pour minimiser les risques de laisser des cellules cancéreuses potentiellement disséminées autour du site de la tumeur primitive.

L’ablation complète de la tumeur cancéreuse est un critère primordial du succès de l’intervention, car si certaines cellules cancéreuses survivent à l’opération, le risque de récidive est plus important.

Chimiothérapie du cancer du poumon

La chimiothérapie est le traitement de référence dans la prise en charge du cancer du poumon.

Elle revêt un intérêt particulier dans le cadre de la prise en charge des cancers de stade III et IV, car l’action des traitements locaux, à savoir la chirurgie et la radiothérapie, est très limitée une fois que le cancer s’est infiltré et métastasé.

La chimiothérapie consiste à administrer un cocktail de substances antitumorales dans l’organisme du patient. L’administration du traitement se fait par voie intraveineuse ou orale.

L’intérêt de ce traitement systémique est d’atteindre les cellules cancéreuses où qu’elles se trouvent dans l’organisme, y compris lorsqu’elles sont impossibles à localiser.

Dans certains cas, la chimiothérapie intervient avant la chirurgie pour réduire la taille de la tumeur afin de faciliter sa résection. Elle est alors qualifiée de chimiothérapie néoadjuvante.

Habituellement, la chimiothérapie est utilisée pour en complément de la radiothérapie pour les cancers du poumon localement avancé.

Enfin, la chimiothérapie est aussi un traitement palliatif de référence. Lorsqu’elle est utilisée à visée palliative, elle ne vise pas à obtenir une guérison complète, mais à prolonger la durée de vie du patient dans de bonnes conditions.

Radiothérapie du cancer du poumon

La radiothérapie stéréotaxique est un traitement de référence pour les cancers du poumon non à petites cellules de stade I et II, en alternative à la chirurgie.

C’est également le traitement de référence, des cancers du poumon localement avancée du stade III, en complément avec une chimiothérapie.

C’est aussi le traitement de référence du cancer à petites cellules, quel que soit son stade. Ce dernier n’est en effet que très exceptionnellement opérable.

Désormais, la radiothérapie stéréotaxique, plus précise que la radiothérapie traditionnelle est privilégiée dans la prise en charge de certains cancers du poumon.

Elle permet de détruire les tumeurs localisées avec beaucoup de précision, si bien que son efficacité est parfois comparée à celle de la chirurgie. On parle alors de radiochirurgie.

De plus, la radiothérapie stéréotaxique peut intervenir pour détruire les métastases dans le cas de cancers du poumon avancé, en complément des autres traitements carcinologiques.

La radiothérapie peut aussi adopter une dimension prophylactique importante dans le cadre de la prise en charge du cancer du poumon.

Certains patients peuvent, en effet, se voir proposer une radiothérapie prophylactique du cerveau pour prévenir le développement de métastases cérébrales, communes au cours de l’évolution d’un cancer du poumon, notamment à petites cellules.

Ce type de prise en charge préventive est permise par la précision accrue de la radiothérapie stéréotaxique, qui permet d’épargner au mieux les cellules saines du cerveau afin de minimiser les effets secondaires invalidants.

Enfin, la radiothérapie peut également revêtir un rôle palliatif. Les cancers métastatiques du poumon ne peuvent habituellement pas être guéris, mais la radiothérapie peut intervenir pour diminuer la taille des tumeurs les plus gênantes.

Ce type d’intervention vise à réduire les symptômes occasionnés par la maladie afin d’accroître la qualité de vie des patients.

L’immunothérapie dans la prise en charge du cancer du poumon

L’immunothérapie est un traitement novateur, dont les progrès récents ont fait l’effet d’un raz-de-marée dans la lutte contre le cancer, et notamment dans la prise en charge des pathologies à mauvais pronostic.

Bien qu’elle n’en soit encore qu’à ses balbutiements, cette thérapie apporte de nouveaux espoirs dans le traitement des cancers du poumon à petites cellules et des cancers du poumon à non petites cellules métastatiques.

De fait, on sait depuis longtemps que le système immunitaire est capable de détruire les cellules cancéreuses. L’immunothérapie repose sur ce principe, et vient aider le système immunitaire dans son travail.

Ce traitement s’attaque aux phénomènes qui endiguent l’efficacité du système immunitaire, à savoir la capacité des cellules cancéreuses à « se déguiser » en cellules normales pour ne pas être détectées par les défenses de l’organisme, et leur capacité à modifier le fonctionnement du système immunitaire pour l’empêcher d’agir.

À l’heure actuelle, l’immunothérapie n’est pas toujours suffisante pour éliminer entièrement un cancer du poumon. Il est, par ailleurs, encore délicat de prévoir l’efficacité de ce traitement chez un patient.

Aussi, c’est plus volontiers un traitement de deuxième ou de troisième intention, administré lorsque les traitements de référence (chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie) ne suffisent pas, ou que le patient souhaite les refuser.

L’immunothérapie vise alors avant tout à contrôler les symptômes de la maladie, à ralentir son évolution ou à stopper sa croissance, plutôt qu’à obtenir une guérison complète et définitive.

Il faut toutefois souligner que l’indication de ce traitement pourrait changer rapidement aux vues de ses progrès constants et de ses résultats très prometteurs.

L’immunothérapie pourrait très prochainement voir son champ d’action s’étendre, et même s’imposer comme le traitement de première ligne de certains cancers du poumon.

Les thérapies ciblées dans la prise en charge du cancer du poumon

Les thérapies ciblées font partie des nouveaux espoirs dans la lutte contre le cancer aux côtés de l’immunothérapie, bien que le fonctionnement de ces deux traitements soit complètement différent.

À l’image de la chimiothérapie, les thérapies ciblées sont conçues pour éliminer les cellules cancéreuses, et non pour appuyer le système immunitaire.

Comme la chimiothérapie, les thérapies ciblées sont des traitements systémiques. Une fois administrées par voie intraveineuse ou orale, les substances qui composent ces traitements circulent dans l’organisme et attaquent toutes les cellules cancéreuses qu’elles croisent, ainsi que certaines cellules saines.

Ce sont les atteintes provoquées aux cellules saines qui causent les effets indésirables de ces traitements, ceux de la chimiothérapie étant particulièrement redoutés.

Là où les thérapies ciblées se démarquent de la chimiothérapie traditionnelle, c’est justement dans leur ciblage – comme leur nom le laisse deviner.

Alors que la chimiothérapie a un champ d’action large, et cause donc d’importants dommages aux cellules saines, les thérapies ciblées ciblent des caractéristiques plus précises, davantage propres aux cellules cancéreuses.

En ciblant précisément certains marqueurs tumoraux, les thérapies ciblées épargnent davantage les cellules saines, ce qui procure deux avantages non négligeables : une réduction des effets secondaires, mais aussi, et surtout, une meilleure efficacité.

En effet, alors que l’utilisation de la chimiothérapie était jusqu’alors limitée par sa toxicité pour les cellules saines, les thérapies ciblées pourraient être utilisées à plus forte dose pour détruire davantage de cellules tumorales sans risquer d’endommager sévèrement l’organisme du patient.

La difficulté de la mise en œuvre des thérapies ciblées réside essentiellement dans l’identification de marqueurs spécifiques aux cellules cancéreuses pouvant être ciblés par les toxines des traitements.

Dans le cadre de la prise en charge du cancer du poumon, ce sont, pour l’heure, les mutations des gènes EGFR, BRAF, ALK et ROS1 qui sont ciblées par ces thérapies.

Les thérapies ciblées sont administrées en traitement de première intention des cancers du poumon avec métastases, et en traitement de deuxième ou troisième intention des cancers ne répondant pas ou plus aux autres traitements.

Comme l’immunothérapie, les thérapies ciblées sont pressenties pour évoluer significativement dans les années à venir, et pourraient bien s’affirmer, à court terme, comme des traitements de première ligne de la plupart des cancers.

 

Il existe bon nombre de traitements pouvant être envisagés pour prendre en charge le cancer du poumon à ses différents stades.

Chaque patient bénéficie d’un protocole personnalisé au regard de son profil et des spécificités de sa tumeur. En effet, chaque cancer est unique, et chaque pronostic l’est tout autant.

Les avancées de la médecine oncologique, notamment en matière de radiothérapie, offrent des pistes prometteuses pour entraver l’évolution de cancer du poumon, notamment en prévenant la formation de métastases cérébrales.