Sélectionner une page

Cancer pris en charge

Cancer de la vessie

Nous contacter

Une question, un doute, besoin d’un avis médical ? Contactez notre secrétariat médical

+33 1 84 00 84 00

Lorsque vous recevez un diagnostic de cancer de la vessie, de nombreuses alternatives thérapeutiques peuvent vous être proposées afin de le prendre en charge. Chaque protocole de traitement est susceptible de varier d’un patient à un autre, et d’un cancer à un autre.

De fait, de nombreux paramètres influent sur les options de traitements envisageables : type de cancer, agressivité de la tumeur, stade d’évolution, profil et volontés du patient, etc.

Parmi les armes thérapeutiques pouvant être mobilisées dans le cadre de la prise en charge du cancer de la vessie, on retrouve typiquement la chirurgie, l’immunothérapie, la chimiothérapie et la radiothérapie.

Le cancer de la vessie, qu’est-ce que c’est ?

Le cancer de la vessie est une tumeur maligne prenant naissance à partir des cellules qui composent la vessie. Une tumeur maligne est un amas de cellules qui se mettent à proliférer de manière anormale et incontrôlable. Il existe de multiples tumeurs cancéreuses de la vessie différentes, mais celle que l’on rencontre le plus fréquemment est le carcinome urothélial (90% des cas de cancer de la vessie).

En fonction de son stade d’évolution au moment du diagnostic, on qualifie le carcinome urothélial invasif ou « infiltrant le muscle vésical » (TVIM) ou non infiltrant « non infiltrant le muscle vésical » (TVNIM). Lorsqu’il est invasif, il a envahi différents tissus de l’appareil urinaire. Non invasif, il est limité à l’urothélium, paroi interne de la vessie.

Le caractère invasif ou non invasif du cancer de la vessie au moment du diagnostic est un critère décisif dans l’élaboration de son protocole de traitement. Ce n’est toutefois pas le seul paramètre à prendre en compte, loin de là.

La prise en charge adaptée à chaque cancer de la vessie est toujours déterminée au cas par cas par une équipe médicale pluridisciplinaire.

L’élaboration du protocole de traitement s’appuie tant sur l’efficacité des thérapies envisagées sur le type de tumeur rencontrée, que sur les potentiels impacts du traitement sur la qualité de vie du patient au regard de ses comorbidités et de son indice fonctionnel.

En fonction de ces différents éléments, le traitement du cancer de la vessie peut comprendre une une chimiothérapie, une chirurgie, immunothérapie, une radiothérapie. Ces traitements peuvent être administrés seuls ou en synergie.

 

La chirurgie dans le traitement du cancer de la vessie

La chirurgie constitue habituellement le traitement de référence du cancer de la vessie, notamment lorsqu’il est non invasif, c’est-à-dire encore localisé à des tissus bien délimités. L’intervention chirurgicale peut consister en une résection transurétrale de la tumeur et/ou en une cystectomie.

N

La résection transurétrale est une chirurgie conservatrice, qui consiste à ôter la tumeur cancéreuse en conservant le maximum de tissus sains afin de préserver la vessie. On parle d’intervention « transurétrale », car l’opération chirurgicale est pratiquée par l’urètre. L’opération est ainsi moins abrasive, la cicatrisation est plus rapide et les risques de complications sont moins importants.

N

La cystectomie, quant à elle, consiste en une ablation partielle ou complète de la vessie. Elle est habituellement privilégiée lorsque le cancer est invasif et/ou présente d’importants risques de récidive. En cas de cancer invasif, la cystectomie peut être associée à un curage ganglionnaire pelvien, qui consiste à ôter les ganglions pour les analyser en laboratoire et évaluer leur degré d’envahissement, révélateur du stade d’évolution du cancer.

L’immunothérapie dans le traitement du cancer de la vessie

L’immunothérapie est couramment administrée dans le cadre de la prise en charge du cancer de la vessie. Ce traitement novateur vise à soutenir et/ou à réactiver la réponse du système immunitaire, afin d’éliminer les cellules cancéreuses. 

De fait, le système immunitaire de l’organisme a bel et bien la capacité de détruire les cellules cancéreuses. Si le corps ne parvient habituellement pas à se défendre contre le cancer, cela est essentiellement dû aux capacités des cellules cancéreuses à muter pour le tromper et déjouer la réponse immunitaire.

Il existe différents types d’immunothérapie. Dans le cadre de la prise en charge du cancer de la vessie, on a souvent recours à une immunothérapie intravésicale (la BCG thérapie), au cours de laquelle le traitement est directement injecté dans la vessie. Utilisé en complément de la résection transurétrale, ce type d’immunothérapie peut permettre d’éliminer complètement les tumeurs non invasives de risque faible ou modéré, ou de contrôler durablement la maladie.

En cas de maladie avancée ou de récidive métastatique, une immunothérapie systémique peut être proposée. Cette dernière permet de réactiver le système immunitaire face à des cellules cancéreuses qui se « déguisent » en cellules saines pour ne pas être attaquées.

 

La chimiothérapie dans le traitement du cancer de la vessie

Dans le cadre des TVIM, la chimiothérapie est souvent proposée en situation néo-adjuvante, c’est-à-dire, avant une chirurgie. Son objectif est de faire régresser la tumeur et/ou les ganglions locorégionaux pour rendre la chirurgie plus aisée et diminuer le risque de rechute.

La chimiothérapie est parfois utilisée pour traiter les cancers de la vessie de stade avancé et métastatique. Ce traitement médicamenteux est composé d’un cocktail de substances antitumorales qui détruisent les cellules cancéreuses. En circulant dans tout l’organisme, la chimiothérapie peut atteindre les cellules cancéreuses éparses et impossibles à localiser, au contraire des traitements locaux comme la chirurgie et la radiothérapie, dont l’action se limite aux zones ciblées.

N

Dans les formes localisées (TVNIM), elle peut être administrée après une résection trans-urétrale, par voie intra vésicale (directement niveau de la vessie à l’aide d’une sonde) pour limiter les risques de récidive locale.

N

Dans les formes localement avancées, en cas de refus ou de contre-indication à une chirurgie, la chimiothérapie peut être associée à la radiothérapie, car ces deux traitements ont tendance à renforcer leurs effets mutuels.

La radiothérapie dans le traitement du cancer de la vessie

La radiothérapie peut faire partie intégrante de la prise en charge du cancer de la vessie, souvent en association une chimiothérapie. La radiothérapie peut également intervenir lorsque la chirurgie n’est pas réalisable. Ce traitement local consiste à irradier les cellules cancéreuses à l’aide de rayons à haute énergie qui détériorent l’ADN des cellules cancéreuses afin de les détruire et/ou de les empêcher de continuer à se multiplier.

La radiothérapie peut être administrée dans l’optique d’obtenir une guérison complète (radiothérapie curative) ou afin d’améliorer la qualité de vie du patient, de ralentir la progression de la maladie et/ou de prolonger la longévité (radiothérapie palliative).

De nos jours, la radiothérapie est délivrée de manière conformationelle avec modulation d’intensité. Cette technique permettant de mieux épargner les organes sains voisins afin de limiter les effets secondaires potentiels.

Il existe de nombreuses thérapies envisageables pour traiter un cancer de la vessie, et les options disponibles ne font que s’élargir au fil des évolutions de la médecine oncologiques.

L’immunothérapie, qui a connu de grandes avancées ces dernières années, pourrait notamment changer la donne en apportant de nouvelles alternatives plus efficaces et moins agressives.