Cancer de la prostate récidivant : les avantages du CyberKnife®

septembre 29, 2022

Docteur Ilan Darmon

Le cancer de la prostate récidivant est longtemps resté dans une impasse thérapeutique, laissant les patients démunis, avec peu d’options de traitement.

Aujourd’hui, les progrès de la radiothérapie stéréotaxique, et notamment l’avènement du CyberKnife©, laissent entrevoir de nouvelles alternatives pour prendre en charge ces tumeurs récidivantes, avec des résultats très encourageants.

Technique de radiothérapie de pointe, le CyberKnife© permet en effet d’administrer un traitement local très efficace contre les cellules cancéreuses et présentant fort peu d’effets secondaires au regard de la radiothérapie classique.

 

Le CyberKnife©, qu’est-ce que c’est ?

Le CyberKnife© est un système de radiothérapie à la pointe de la technologie. Il permet d’administrer des rayons ionisants avec une précision accrue, incomparable avec celle de la radiothérapie traditionnelle.

Pour comprendre l’intérêt du CyberKnife©, il faut avoir connaissance des limites de la radiothérapie traditionnelle:

  1. La radiothérapie, quelle que soit la technique utilisée, consiste à irradier les cellules cancéreuses à l’aide de rayons ionisants à haute densité.
  2. Ces rayons ionisants sont dirigés vers la tumeur.
  3. Lorsqu’ils rencontrent les cellules cancéreuses, ils leur arrachent des molécules afin de les détruire ou de les altérer pour les empêcher de se multiplier et de se réparer.

Les limites de la radiothérapie sont propres à la nature de ces rayons ionisants qui ne ciblent pas uniquement les cellules cancéreuses, mais détruisent toutes les cellules qu’ils croient sur leur route, y compris les cellules parfaitement saines de l’organisme.

La destruction des cellules saines est à l’origine d’effets secondaires parfois importants, et les tissus irradiés sont parfois tant altérés que des séquelles irréversibles peuvent apparaître.

Aussi, pour ne pas provoquer plus de dommages que de bénéfices, il est impossible d’irradier une zone de l’organisme au-delà d’un certain seuil de toxicité, incompressible dans le temps. Cela signifie que lorsqu’un traitement de radiothérapie a été administré pour traiter une tumeur de la prostate, il était impossible d’en administrer un second en cas de récidive locale du cancer, même des années après.

Avec sa haute précision, le CyberKnife© vient repousser ces limites.  Entièrement robotisé, il offre un ciblage de l’ordre de l’inframillimètre qui permet de diriger les rayons ionisants vers le centre de la tumeur cancéreuse en épargnant les tissus sains.

Il convient toutefois de noter que le CyberKnife© n’est indiqué que dans la prise en charge des tumeurs de la prostate de petite taille, et ne convient pas aux atteintes plus larges. À lui seul, le CyberKnife© peut détruire complètement une toute petite tumeur. Du fait de sa grande précision et de son efficacité redoutable, on qualifie son utilisation de radiochirurgie.

 

Principe et modalités du CyberKnife©

Le principe du CyberKnife© est de cibler parfaitement la tumeur cancéreuse à traiter afin d’épargner au maximum les tissus sains qui l’entourent.

Cyberknife radiothérapie stéréotaxique

Pour ce faire, le patient est allongé sur une plate-forme. Des moyens de contention peuvent être mis en place pour l’aider à rester parfaitement immobile, un critère essentiel de la réussite du traitement. Les faisceaux de rayons ionisants sont diffusés à partir d’un bras robotisé mobile qui tourne autour du patient et s’adapte à sa position tout au long du traitement.

La mobilité du CyberKnife© est primordiale dans sa précision. Elle lui permet notamment de s’adapter en temps réel aux mouvements de la prostate, un organe particulièrement mobile et impossible à contrôler grâce à l’implantation de grains d’or avant le début du traitement.

Bien qu’on qualifie parfois le CyberKnife© de radiochirurgie, les séances de radiothérapie ne sont pas comparables à une intervention chirurgicale autrement qu’en termes d’efficacité. De fait, la radiothérapie ne nécessite aucune anesthésie, n’est pas douloureuse et n’est pas abrasive. Le patient peut rentrer chez lui immédiatement après son traitement.

Les séances durent habituellement une trentaine de minutes, et un traitement au CyberKnife© ne requiert généralement pas plus de 6 séances.

Lire aussi notre article sur la maladie métastatique

 

L’intérêt du CyberKnife© pour traiter le cancer de la prostate récidivant

Les intérêts de CyberKnife© dans la prise en charge du cancer de la prostate récidivant sont multiples. Comme évoqué précédemment, sa grande précision permet d’épargner les tissus sains, ce qui offre à certains patients la possibilité de bénéficier d’un second traitement de radiothérapie, chose impossible avec la radiothérapie traditionnelle.

Autre atout de taille, le CyberKnife© peut être administré à tous les patients, y compris à ceux souffrant de comorbidité, parfois exclus des protocoles chirurgicaux et, de fait, dans l’impasse thérapeutique.

Le cancer de la prostate récidivant concernant essentiellement des patients âgés, l’avènement de nouvelles thérapies non abrasives et ne requérant pas d’anesthésie est un progrès considérable. Le CyberKnife© est un parfait exemple de ce vers quoi avance la médecine oncologique ces dernières décennies : des traitements toujours plus précis, offrant une efficacité accrue et des effets secondaires moins lourds.

Outre sa grande efficacité contre les cellules cancéreuses, ce type de traitements très ciblés ouvrent la voie à une meilleure prise en charge des patients dans l’impasse thérapeutique. Cela est notamment le cas des personnes trop fragiles pour supporter des traitements lourds, mais aussi des patients souffrant de cancers récidivants qui ne peuvent souvent pas subir de seconde chirurgie ni radiothérapie traditionnelle, et ne répondent plus aux traitements systémiques.

5/5 - (2 votes)

Docteur Ilan Darmon

Le Docteur Ilan Darmon fait partie de l'équipe médicale de l'Institut HORG qu’il a rejoint depuis 2018, après 3 années d’exercice à l'Institut Curie Paris comme Praticien Assistant Spécialiste des Centre de Lutte Contre le Cancer (CLCC).