protontherapie

La protonthérapie : Pour quels cancers ?

novembre 15, 2023

Docteur Scher Nathaniel

La protonthérapie est une technique innovante de radiothérapie qui offre de nombreux avantages pour le traitement de certains cancers. Elle permet en effet de délivrer une dose élevée de rayons à la tumeur en limitant l’irradiation des tissus sains avoisinants pour un risque plus réduit d’effets secondaires . Cependant, elle n’est pas adaptée à tous les types de cancer et reste peu accessible en France.

 

Comment fonctionne la protonthérapie ?

protontherapie cancer

La protonthérapie est une technique de radiothérapie basée sur l’envoi de protons, des particules énergétiques ionisantes, à sa cible : la tumeur cancéreuse. Ces particules ont la capacité d’endommager l’ADN des cellules pour induire leur destruction. En radiothérapie conformationnelle (le protocole classique), les accélérateurs de particules utilisent des faisceaux d’électrons.

Le rythme des séances de la protonthérapie est d’une séance par jour, 5 jours par semaine pendant quelques semaines pour les tumeurs intracrâniennes et les tumeurs chez l’enfant, et de 4 séances pour traiter les tumeurs de l’œil.

L’avantage majeur de la protonthérapie réside dans la capacité des protons à suivre une trajectoire précise par rapport aux photons ou aux électrons utilisés couramment. Ainsi, les particules vont traverser la matière pour déposer la quasi-totalité de leur énergie à une profondeur précise puis s’arrêter. La profondeur à laquelle les protons vont s’immobiliser dépend de leur énergie initiale. De plus, ils gardent une trajectoire précise sans se dévier, ce qui réduit considérablement l’irradiation des tissus sains proches et donc, les complications liées aux effets secondaires de la radiothérapie.

 

La protonthérapie : pour quel cancer ?

Ce type de radiothérapie n’est pas adapté à tous les types de cancer. La protonthérapie est réservée aux cas où les bénéfices attendus sont supérieurs aux risques et aux coûts, et doit être prescrite par un radiothérapeute spécialisé après discussion en RCP du dossier des patients.

Les principales indications de la protonthérapie sont les suivantes :

  • Les tumeurs de l’œil, comme les mélanomes de la choroïde (tumeurs rares et agressives) pour permettre aux patients de conserver la vision et d’éviter une ablation de l’œil (énucléation).
  • Les tumeurs du cerveau ou de la base du crâne (comme les chordomes, les chondrosarcomes ou les méningiomes), qui ont la particularité de se situer à proximité immédiate d’organes vitaux (tronc cérébral, nerf optique…).
  • Les cancers pédiatriques, habituellement sensibles aux rayons, mais qui présentent un risque élevé de séquelles sur le long terme. Dans ces conditions, la protonthérapie diminue le risque de retard de croissance, d’infertilité ultérieure, de second cancer ou de troubles cognitifs.
  • Les tumeurs du rachis, du pelvis, du foie et du pancréas, souvent difficiles à traiter par radiothérapie conventionnelle en raison de leur proximité à des organes sensibles (moelle épinière, intestin, reins…). La protonthérapie permet alors d’augmenter la dose d’irradiation à la cible en limitant l’altération des tissus sains proches.

 

Comment se déroule le traitement par protonthérapie ?

Le déroulement est similaire au protocole de radiothérapie classique. Plusieurs séances quotidiennes, étalées sur plusieurs semaines, sont nécessaires. Leur nombre varie selon le type de cancer et son stade évolutif. La séance en elle-même dure quelques minutes pendant lesquelles le patient doit rester immobile sur la table d’examen. Le traitement est indolore et se déroule en ambulatoire, sans anesthésie.

Un examen de repérage type scanner ou IRM est programmé en début de traitement pour déterminer avec précision la forme et la localisation de la zone à irradier et prévoir la dosimétrie.

 

Quels sont les effets secondaires de la protonthérapie ?

protontherapie effet secondaires cutanes

Habituellement, la protonthérapie est bien tolérée par les patients et entraîne moins d’effets secondaires que la radiothérapie traditionnelle, car elle épargne davantage les tissus et organes sains. Mais elle n’est pas totalement exempte de risques.

En fonction de la localisation de la zone irradiée, elle peut provoquer des troubles cutanés, des inflammations, des nausées, des troubles hormonaux ou de la fatigue. Ces signes cliniques sont souvent transitoires et se résorbent après la fin de la radiothérapie.

La protonthérapie peut aussi entraîner des effets secondaires tardifs, notamment chez l’enfant qui est plus sensible aux radiations. Elle peut avoir un impact sur le développement osseux, le fonctionnement des organes proches de la zone irradiée ou sur le risque de seconde tumeur. Ces effets sont toutefois rares et difficiles à prévoir. Une surveillance médicale régulière est nécessaire.

 

Est-ce que la protonthérapie fatigue ?

La fatigue peut faire partie des effets secondaires de la protonthérapie. Elle est souvent peu importante, et une activité physique douce comme la marche associée à du repos peuvent suffire à la faire disparaître. Une alimentation variée et équilibrée et une bonne hydratation peuvent aussi aider à mieux tolérer le traitement.

 

Où se pratique la protonthérapie ?

Pour l’heure, la protonthérapie n’est disponible que dans un petit nombre de centres en France (Paris, Nice, Caen…). Mais d’autres centres sont en projet à travers l’hexagone.

Si le patient ne peut accéder à un centre de protonthérapie proche de son domicile, des hébergements peuvent être prévus à proximité immédiate des centres concernés.

 

Quel est le prix de la protonthérapie ?

La protonthérapie est un traitement très coûteux qui nécessite des équipements spécifiques sophistiqués et des maintenances régulières. Elle est cependant totalement remboursée par l’Assurance maladie en France dans le cadre de l’ALD, et le patient n’a pas à avancer les frais pour les séances.

En revanche, certains frais annexes peuvent faire l’objet d’un reste à charge, comme le coût d’un hébergement à proximité du centre, si le montant n’est pas remboursé par la sécurité sociale ou la mutuelle du patient.

 

5/5 - (2 votes)

Docteur Scher Nathaniel

Docteur Nathaniel SCHER est spécialisé en oncologie et radiothérapie, il est attaché de recherche au sein de l’institut HORG depuis 2017 ou il coordonne plusieurs projets de recherche clinique.